Platée

Acheter des billets
Juin 2022 Next
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Faisons d’une image

funèbre une allégresse

par mes chants.

- Platée, Acte II, scène 5

De quoi Platée est-elle le nom ? L’ambiguïté subsiste, non seulement sur le genre – tantôt ballet bouffon, unique en son genre, justement, tantôt comédie-ballet, désignation plus neutre, et partant moins suggestive –, mais aussi quant à la créature éponyme, « Nymphe » régnant sur « un humide empire » ou « Naïade ridicule », que Rameau fait chanter dans une tessiture de haute-contre, apanage des jeunes premiers héroïques et tendres. Car à l’occasion du mariage du Dauphin Louis, fils de Louis XV, et de l’infante Maria Teresa d’Espagne, réputée disgracieuse, le compositeur se moque. De cette cour, peut-être, qui se prend pour l’Olympe. De la tragédie lyrique, où ses audaces divisent l’auditoire entre Anciens – les « lullystes » – et Modernes – les « rameauneurs ». Ou encore de lui-même, si peu préoccupé de sa propre gloire, comme le rapporte Guy de Chabanon, son premier biographe, qu’elle « paraissait même quelquefois l’importuner », et pourtant prompt à rétorquer aux piques assassines de ses plus fervents détracteurs. Dès lors, son coup de génie n’est-il pas de démontrer, sous les traits de la Folie, que nul autre que lui, artiste et théoricien, n’eût été en mesure de « parvenir au chef-d’oeuvre de l’harmonie » ? Classique du répertoire de l’Opéra de Paris, la production signée Marc Minkowski et Laurent Pelly revient à l’affiche avec une distribution entièrement renouvelée.

Programme et distribution

Opéra en un prologue et trois actes (1745)

Après Jacques Autreau

Musique : Jean-Philippe Rameau - (1683-1764)

Livret : Adrien-Joseph Le Valois d'Orville


Direction : Marc Minkowksi

Réalisateur : Laurent Pelly

Scénographie : Chantal Thomas

Conception lumière : Joël Adam

Conception des costumes: Laurent Pelly

Chorégraphie : Laura Scozzi

Dramaturgie : Agathe Mélinand

Chef de chœur : Ching-Lien Wu

Orchestre des Musiciens du Louvre

Chœurs de l'Opéra national de Paris

Coproduction avec le Grand Théâtre de Genève, l'Opéra national de Bordeaux, l'Opéra national de Montpellier, le Théâtre de Caen et l'Opéra de Flandre


Jeter


Thespis : Mathias Vidal

Un satyre, Cithéron : Nahuel di Pierro

Momus : Marc Mauillon

Thalie, la folie : Julie Fuchs (17 juin > 6 juillet)

Amina Edris (7 > 12 juillet)

Amour, Clarine : Tamara Bounazou

Platée : Lawrence Brownlee

Jupiter : Jean Teitgen

Mercure : Reinoud Van Mechelen

Junon: Adriana Bignani-Lesca

Opéra national de Paris - Palais Garnier

L'Opéra national de Paris est un établissement public industriel et commercial français créé en 1994, succédant aux institutions précédentes à la tête de l'Opéra de Paris, et placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Il a pour mission de rendre accessible au plus grand nombre les œuvres du patrimoine lyrique et chorégraphique et de favoriser aussi la création et la représentation d'œuvres contemporaines. Il dispose à ce titre de deux salles : le palais Garnier (qui abrite le Ballet de l'Opéra national de Paris) et l'Opéra Bastille ainsi que d'un orchestre symphonique.

L'Opéra national de Paris contribue par ailleurs à la formation professionnelle et au perfectionnement des chanteurs et des danseurs, par son centre de formation d'art lyrique et par l'école de danse de Nanterre.

Enfin, le secteur animation et jeune public de l'opéra national de Paris élabore chaque saison un programme pédagogique.

L’Opéra national de Paris est dirigé par Nicolas Joel, Directeur, nommé par le ministre de la Culture pour un mandat de 6 ans (décret du 24 juillet 2009) renouvelable une fois pour une période de 3 ans1.

L'opéra national de Paris est membre de la ROF (Réunion des Opéras de France), de RESEO (Réseau européen pour la sensibilisation à l'opéra et à la danse) et d'Opera Europa.

 

L’Opéra Garnier, ou Palais Garnier, est un des édifices structurants du 9e arrondissement de Paris et du paysage de la capitale française. Situé à l'extrémité de l'avenue de l'Opéra, près de la station de métro du même nom, l'édifice s'impose comme un monument particulièrement représentatif de l'architecture éclectique et du style historiciste de la seconde moitié du XIXe siècle et s'inscrit dans la continuité des transformations de Paris menées à bien par Napoléon III et le préfet Haussmann.

Cette construction a longtemps été appelée l'« Opéra de Paris », mais depuis l'ouverture de l'Opéra Bastille en 1989, on la désigne par le seul nom de son auteur : Charles Garnier. Les deux sites sont aujourd'hui regroupés au sein de l'établissement public, industriel et commercial de l'« Opéra de Paris ».

Le Palais Garnier fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 16 octobre 19231.

Événements associés